Journée de rentrée

 

Notre journée de rentrée le 22 septembre 2018

GL vert 255

Un week-end chargé a fait que beaucoup de nos amis se sont excusés. Nous nous sommes retrouvés, malgré ces aléas de calendrier, une trentaine de personnes du Pays basque et du Béarn, tout heureux d’être ensemble, de se retrouver ou de se découvrir.

Au cœur de la vallée d’Aspe, niché au creux des montagnes le monastère des prémontrés nous attendait. Nous avons été accueillis par Frère Moulia, accompagné de quelques jeunes de sa communauté.

Un temps pour lancer l’année, en permettant une expression libre autour de la lettre du pape au peuple de Dieu et des divers courriers de la CCBF, au pape et aux évêques.

Je retiens quelques convictions, affirmations, et questions de nos prises de paroles.

Nous sommes appelés à vivre en chrétien, avec nos proches, amis, voisins… Notre place est aussi dans les rapports de proximité avec notre nouveau monde de personnes sorties de la vie professionnelle. Constat qu’il est difficile de vivre dans un monde divisé-. Ou encore, la mise en œuvre de l’Evangile ne prend pas sa place. On constate, une dégringolade, une dévalorisation de la place de l’Evangile

Autre constat : quand on est exclu de sa communauté paroissiale, parce que de nouveaux prêtres, issus de communautés extérieures au diocèse, arrivent et tiennent un discours choquant. C’est dur.

Quelques affirmations :

– La messe n’est pas une institution. Elle n’est pas périmée. Elle peut être la vie. Quand on insiste, petit à petit on peut faire cohabiter des groupes de sensibilités différentes. Ex : les rencontres des mouvements et associations de laïcs à Belloc. Et aussi, à plus petite échelle, une expérience dans une paroisse rurale, entre un groupe de prières parlées et chantées et un groupe d’adorateurs silencieux.

Après un repas partagé dans la nature, au milieu des poules, face à la montagne, nous avons repris nos échanges.

Tout d’abord, écoute d’une interview de Mgr Aupetit : « La lutte contre le cléricalisme concerne l’ensemble du peuple de Dieu… il y a d’autres abus… l’autorité, c’est ce qui fait grandir… quitter les postures de pouvoir… Les abus dans l’Eglise ont cette gravité particulière qu’elles sont des  blessures dans la relation à Dieu… exemplarité de vérité… rencontrer le Christ qui a épousé l’Eglise. »

Ensuite un débat s’en est suivi : Crise signifie opportunité ! Et une place au féminisme … long débat, mais rappel que c’est bien du Comité de la jupe qu’est né la CCBF.

Après la lecture de la lettre aux évêques d’Anne Soupa, largement approuvée, nous décidons, de signer cette lettre – De monter une expression publique auprès des évêques – De prévoir une action en direction du prochain synode de Rome – De prendre contact avec la Mission de France – D’ouvrir des groupes de travail sur les dix chantiers de la Croix.

Un dernier temps de célébration de la Parole et nous sommes repartis aux quatre coins du diocèse.

Le mot de la fin à un jeune de la communauté des Prémontrés : « Je suis touché par ce que vous essayez d’être, une cellule à qui un modèle institutionnel fait défaut, mais baptisés ou pas, vous êtes un élément du corps vivant. Ce sont ces cellules vivantes qui définissent le corps. »

Françoise

Télécharger le compte rendu: Notre journée de rentrée, le 22 septembre 2018

Lettre de A.Soupa aux Evêques: Lettre aux eveques – 17 septembre 2018 – Pour éviter le naufrage

Publicités