Prière mensuelle

A vous qui cherchez la Paix

en ce mois de février 2017

Intention de prière : Non aux murs de la honte

Mur de la honte est une expression utilisée pour la première fois par des médias et des hommes politiques occidentaux pour désigner le mur de Berlin qui séparait la ville durant la Guerre froide.

L’expression a depuis été employée dans bien d’autres contextes pour désigner tout mur ou barrière de séparation pour faire honte à ses initiateurs ou à une communauté plus large qui soutient la séparation ou reste passive devant la situation. Ce sont souvent les circonstances de la construction ou les objectifs recherchés qui justifieraient, pour ces mêmes personnes, l’idée d’un déshonneur apporté par l’édifice.

Au sens figuré, l’expression a pu également être employée pour désigner une ségrégation sociale, comme l’apartheid en Afrique du Sud

Il y a actuellement quelques 21 000 kilomètres de murs de la honte dans le monde parmi lesquels on peut citer les plus connus : Israël-Palestine, Algérie-Maroc, anti-migrants en Hongrie, la ligne verte à Chypre, la zone militarisée séparant Corée du Nord et Corée du Sud, la frontière entre Mellila et Ceuta en Espagne, celle entre l’Inde et le Bangladesh etc. La construction d’un véritable mur entre le Mexique et les Etats-Unis est à l’ordre du jour depuis l’arrivée à la Maison Blanche du nouveau Président américain.

Il n’y a jamais eu autant de murs dans le monde ! Une dizaine était recensée en 1989 après la chute du mur de Berlin, aujourd’hui la cinquantaine est dépassée. Les conflits politiques non réglés, les guerres, les replis ethniques, la montée du djihadisme conduisent sur notre planète à de telles solutions. La mondialisation n’a pas réussi à déboucher sur un monde sans frontières.

Sur le continent européen lui-même St Jean-Paul II livrait cette réflexion : « ne peut-on dire qu’après la chute du mur, le visible s’est encore plus dévoilé, autre mur invisible qui continue à diviser notre continent, un mur invisible qui passe par les cœurs  humains ? Il est construit de peur et d’agression, de manque de compréhension pour les hommes d’une autre origine (…) un mur fait d’égoïsme politique et économique et de sensibilité affaiblie envers la valeur de la vie humaine et la dignité de chaque homme (…) l’ombre de ce mur se projette sur toute l’Europe (…) la mesure d’une civilisation, mesure universelle, intemporelle, embrassant toutes les cultures et son attitude envers la vie. » Les murs de séparation, que certains protagonistes osent appeler « murs de la paix » mais qui sont objectivement  « murs de la honte », sont les tristes vestiges de quelques réflexes primitifs. Ces murs volent des vies, confisquent des familles, violent des terres, enferment, torturent et condamnent des peuples. N’est-il pas temps d’ouvrir enfin les débats sur cette triste réalité érigée au nom de quelques théories qui prônent la réconciliation par la séparation oubliant que la paix ne peut se faire qu’ensemble ?

Prions :

Seigneur, nous le savons, construire un mur est un acte égoïste et injuste commis envers celui qui est démuni par celui qui vit dans l’abondance et qui refuse le partage. Si  tes Saints Apôtres s’étaient heurtés à des murs ils n’auraient pas pu répandre ta parole.

Par Jésus qui est venu parmi nous pour détruire tous les murs de séparation entre les peuples nous t’en prions aide-nous à œuvrer pour établir ton règne d’amour sur notre terre.