Lettre aux laïcs

Le 19 mars 2016, le pape François a adressé une lettre au cardinal Marc Ouellet, président de la Commission pontificale pour l’Amérique latine.

Elle fait suite à la rencontre entre le pape et les participants à l’Assemblée plénière de cette même Commission sur le thème de « l’indispensable engagement des laïcs dans la vie publique ».

Il y souligne, en direction des pasteurs, que regarder le Peuple de Dieu c’est se rappeler « que nous sommes tous entrés dans l’Église en tant que laïcs ». La première et fondamentale consécration du chrétien prend ses racines dans le baptême, continue-t-il, et « nul n’a été baptisé prêtre ou évêque ».

Pour le pape François, le cléricalisme est une attitude qui « non seulement annule la personnalité des chrétiens », mais a tendance « à diminuer et dévaluer la grâce baptismale que l’Esprit Saint a mis dans le cœur de notre peuple ». Après avoir pris l’exemple de la pastorale populaire en Amérique latine, le pape François interroge : « que signifie l’implication des laïcs dans la vie publique ? » et « que signifie pour nous pasteurs le fait que les laïcs s’engagent dans la vie publique ? »

Le pasteur « n’est point le berger qui dicte aux fidèles ce qu’il faut faire ou dire », explique-t-il, car « ils le savent aussi bien sinon mieux que nous ». Il nous faut comprendre que le laïc « de par sa propre réalité, de sa propre identité, de son immersion dans le cœur de la vie sociale, publique et politique (…) doit sans cesse trouver de nouvelles formes d’organisation et de célébration de la foi », a poursuivi le pape François. « Notre rôle, notre joie, la joie de pasteur est précisément d’aider et d’encourager (…) tels que les mères, les grands-mères, les parents, les vrais protagonistes de l’histoire… »

Pour le pape François, les fidèles laïcs font partie du peuple saint de Dieu et par conséquent « sont les protagonistes de l’Église et du monde, que nous sommes appelés à servir et non à être servis par eux ».

lire le texte:lettre aux laics