Laudato si : conférence de Elena Lasida

vidéo « Laudato si  » jeunes, copier pour visionner: https://youtu.be/6yil-37AZws 

———————-

CR de la conférence d’Elena Lasida, économiste, le 9 Avril 2016 dans le cadre de « CHRETIENS en MOUVEMENT »

 

Laudato si’ parle d’une manière originale de l’écologie. Quand on parle d’écologie aujourd’hui, c’est en intégrant les ressources humaines.Le Pape insiste sur la dimension spirituelle de l’écologie. Dans le rapport à la nature se joue quelque chose d’existentiel. C’est une occasion pour revisiter notre condition de créature. La création est bien plus large que l’être humain.

Le Pape nous invite à un déplacement: passer d’un rapport de moyens, de mise en œuvre, à prendre conscience que la nature fait partie de notre vie; ce qui veut dire que l’on doit aller jusqu’à découvrir une relation d’interdépendance avec la nature.

Si l’on fait l’expérience avec la mer, on fait l’expérience de transcendance: face à la mer et l’infini qu’elle représente, on prend conscience de notre finitude. Le mouvement permanent de la mer, nous entraîne au delà de notre stabilité. La vie est dans ce qui bouge. La musique et l’odeur de la mer, nous renvoient aux sens. La vie ne peut se réduire à l’intellect, la vie est au delà.

La nature est quelque chose d’existentiel parce qu’elle permet de nous transcender.

Ne pas perdre de vue que quand le Pape parle d’un thème, il le met en relation avec beaucoup d’aspects de la vie.

————————-

I/ Les trois piliers qui construisent l’encyclique.

II/ La relation entre ces piliers et l’exhortation apostolique de  » La joie de l’Evangile » et l’exhortation « La joie de l’amour »

III/ L’invitation à la conversion sur le plan ecclésial, et sur le plan sociétal.

 

I/ Les trois principes de base, principes de vie.

  • Tout est lié. Nous devons être en communion avec tous les êtres vivants.
  • Tout est donné. Rien ne nous appartient. A l’origine de la vie il y a gratuité (et gratitude)
  • Tout est fragile. « La clameur de la terre, c’est la même clameur que la clameur des pauvres. »

C’est une invitation à être créatif et enthousiaste. La création se fait dans la fragilité.

En effet  sans fragilité pas de créativité. La création s’oppose à la fabrication (qui est processus  déterminé, sans aléa sans surprises) : la création est aléatoire, émergente, produisant de l’original non prévu. Notre fragilité, et celle du monde, est une invitation à exercer notre créativité.

 

   II/ Les liens entre les trois exhortations:

Nous trouvons quatre règles dans « La joie de l’Evangile » et trois principes dans « Laudato si’  » et dans l’exhortation sur  la famille « La joie de l’Amour ».

Il faut prendre en compte une règle préalable, pour le pape François, la réalité est supérieure à l’idée; il en va de même dans « La joie de l’amour », ou il prend concrètement au sérieux la réalité des familles aujourd’hui. C’est une manière de nous mettre en alerte face au dogmatisme. Il nous invite fortement à nous laisser surprendre par la réalité.

  • Tout est lié, autrement dit, « le tout est supérieur à la somme des parties »(voir dans « La joie de l’Evangile ». Le Pape attire notre attention sur les relations qui sont dans le « tout ». C’est l’ensemble des relations entre les parties du tout qui donne les caractéristiques du tout, et donc « La vie se tisse dans la relation ». Dans « La joie de l’amour », on retrouve la dimension sociale de la famille.
  • Tout est donné. Dans « La joie de l’évangile », l’unité est supérieure au conflit. Ce qui ne veut pas dire que l’on doit tous penser la même chose. C’est la différence qui permet de construire un dialogue. La véritable unité se vit dans une expérience de gratuité qui ne nous appartient pas.
  • Tout est fragile. Le temps est supérieur à l’espace (C’est une des convictions du Pape). Il faut initier les processus plutôt que s’approprier les espaces. Le temps nous permet d’être en état pour se mettre en marche vers quelque chose que l’on ne connaît pas. La famille n’est pas un idéal qui nous écrase. Il faut partir de situations réelles pour discerner ensemble quelle sera la meilleure solution. C’est aller de l’avant, c’est ça, aller vers la Terre promise sur cette terre. Dans « La joie de l’amour » François parle de l’amour artisanal qui se construit petit à petit. La gouvernance du Pape ne nous donne pas de dogme, mais nous accompagne dans notre engendrement de vie nouvelle: le temps supérieur à l’espace.

III/ Pistes de réflexions pour des conversions ecclésiales et sociétales:

Comment faisons nous communauté? Nous avons l’habitude des cloisonnements, aussi bien dans l’ecclésial que le sociétal, car nous n’avons pas d’interdépendance dans nos mouvements ou associations, mais juxtaposition. Qu’est ce qui nous relie? Sommes nous capables de construire ensemble? De lâcher pour faire avec d’autres?

Avec qui faisons nous communauté? Le Pape invite à aller vers les périphéries. Faisons nous communauté avec ceux qui sont différents, les étrangers, ceux qui ont d’autres religions, les personnes en situation de pauvreté, d’handicap? Faisons nous « avec » ou « pour » ? Comment la périphérie dépasse le centre?

Comment célébrons nous la vie? Quels sont les langages dans nos célébrations d’Eglise ? On affirme notre identité, alors que ce devrait être l’expression d’un émerveillement pour tout ce qui est nouveau dans nos vies, et qui avance pas à pas. Il en va de même sur le plan sociétal, ou il n’y a plus de symbolique. Nous devons  revisiter nos symboles et nos signes.

 

Même si les modifications de mode de vie restent indispensables, le défi majeur c’est de dire: dans  notre rapport à la nature se vit une question de vie ou de mort.                              Le Pape nous invite à avoir d’autres  relations nature-homme.


Une réflexion sur “Laudato si : conférence de Elena Lasida

Les commentaires sont fermés.