NOEL

1      Pape François

La crèche, lieu de miséricorde

….« La crèche nous rappelle que Dieu, dans sa grande miséricorde, est descendu vers nous pour rester toujours avec nous  a également rappelé le Pape, cette crèche nous dit aussi qu’Il ne s’impose jamais par la force. Pour nous sauver, Jésus n’a pas changé l’histoire en accomplissant un miracle grandiose, il est venu au contraire dans toute sa simplicité, son humilité, sa douceur. Dieu n’aime pas les pouvoirs imposants dans l’histoire mais se fait petit, enfant, pour nous attirer avec amour, toucher nos coeurs de sa bonté humble.»                                          

Le Saint-Père a rappelé aussi que Saint François d’Assise, en inventant la crèche, souhaitait faire mémoire de l’Enfant né à Bethléem pour voir de nos yeux ce qui manquait de nécessaire à un nouveau-né. En contemplant le spectacle de la crèche, sont exaltés la simplicité, la pauvreté, l’humilité. C’est là que nous parlent la miséricorde et la tendresse divines.

Le Pape a aussi noté que l’un des personnages de la crèche était un vieil homme à qui un autre homme donne à boire: « il saisit le mystère de Noël ». « Que cet arbre et cette crèche puissent attirer les regards et surtout raviver la lumière véritable de Noël » a conclu le Pape.creche couchée

VIS 2015-12-18 Radio Vatican

 

2      Méditation sur l’Icône de la Nativité

http://jerusalem.cef.fr/flash/16icone_noel.html

Copier le lien s’il ne fonctionne pas directement. Quand l’icône apparait, cliquer dessus pour débuter la méditation.

icone nat

 

3     Dominicaines de PROUILHE

 « Au temps du Roi Hérode, la nuit où  naquit  Jésus, les anges portèrent la bonne nouvelle aux bergers. 

Il y avait un berger très pauvre, si pauvre qu’il n’avait rien. Quand ses amis décidèrent d’aller à la grotte en emportant quelques dons, ils l’invitèrent également, mais il leur dit : « Je ne peux pas venir, j’ai les mains vides, que puis-je donner ? » Mais les autres insistèrent tellement qu’ils réussirent à le convaincre.

Ainsi donc, ils arrivèrent au lieu où était l’enfant, avec sa Mère et Joseph. Marie tenait l’enfant dans ses bras et sourit en voyant leur générosité : qui offrait du fromage, qui de la laine ou un fruit. Elle aperçut le berger qui n’avait rien et lui fit signe de venir ; embarrassé, celui-ci s’avança……… Marie, pour avoir les mains libres pour recevoir les dons, déposa l’enfant doucement dans les bras du berger qui avait les mains vides. »

creche FAICAT

 

Comme c’est difficile aujourd’hui d’avoir les mains vides…Des mains ouvertes pour recevoir , des mains qui ne se ferment sur rien , même pas sur le don que Dieu désire nous donner…Notre monde en ce temps de fête brille de mille feux, c’est à qui en aura plus que les autres et voilà que la société de consommation une fois de plus réussit son tour de magie : elle envoûte les hommes et leur fait perdre l’essentiel au profit du toujours plus , toujours mieux. Le prince de ce monde gagne !

Les lumières dont se parent nos cités sont belles et tentent de faire oublier les détresses les souffrances, les guerres, les misères cachées…Il y a quelque chose de féerique dans ce spectacle…Les marchés de Noël , leurs sapins enneigés et leurs chemins balisés qui conduisent à ces superbes chalets où tout est organisé pour vous faire acheter…

Et derrière les guirlandes, dans les ruelles mal éclairées, dans des appartements si vieux qu’on les a oubliés, combien de personnes âgées, de gens seuls qui n’attendent plus rien et essaient de survivre avec si peu…

Noël en Irak, à Bethléem, au Darfour…Mes frères chrétiens qui risquent leur vie chaque jour, mes frères dont la tête est mise à prix, mes frères qui attendent la liberté pour vivre sur leur terre, celle de leurs ancêtres …

Comment célébrer Noël en vérité sinon en revenant dans cette grotte pour trouver ce petit enfant qui nous révèle à nous-même en éveillant au plus profond cet enfant qui sommeille en nous ?…Comment célébrer Noël sans se laisser éclairer par cette douce lumière qui émane de cette pauvreté ?

Les mains vides pour recevoir ce petit enfant qui donne tout son sens à notre vie en la conduisant vers le Père de tout amour. Les mains vides pour accueillir ce que le monde ne peut nous dérober : une joie et une paix qui n’ont pas de mots pour se dire mais qui émanent du visage de cet Enfant, de sa Mère, de Joseph.

Noël, Emmanuel : Dieu avec nous, Dieu parmi nous, Dieu l’un de nous.

Si nos mains sont vides, bienheureux sommes-nous, elles peuvent recevoir le Roi des Rois, Jésus, et le donner à notre tour à ceux qui plus que nous ont les mains ouvertes…

 

4    Vidéo de la Fraternité de Jérusalem

Copier et coller sur le cadre de recherche du moteur de recherche pour regarder la vidéo:    Si tu penses à Dieu

https://youtu.be/g2Oa5yatt_k?list=UUKhYnISG-_VA8nheVcUTssg

st gervais

 

*2 crèches de Sr Mercedes de Dourgne – crèche de l’église St Gervais